we sign it - Toulouse - Non au projet d’expansion de la circulation automobile dans le quartier des « Minimes »,  si cher à Claude Nougaro.

Toulouse - Non au projet d’expansion de la circulation automobile dans le quartier des « Minimes », si cher à Claude Nougaro.

La mairie de Toulouse lance un projet de modification de sens de circulation dans deux rues du quartier résidentiel des Minimes. Cette modification aura comme conséquence de créer une véritable « rampe d’accès » pour des milliers de voitures au cœur de nos quartiers.

Ce type d’urbanisme digne des années 60 nous semble contraire au sens de l’histoire. Il constitue  une contradiction grave à nos volontés actuelles de « conduire » une politique de circulation raisonnée dans nos villes.

De plus, la méthode déloyale sous couvert de « démocratie » pour l’imposer à ses riverains est plus que contestable et n’est plus acceptable au 21ème siècle.

Particules fines et méthode grossière

En juin 2018 la mairie de Toulouse avait soulagé la rue du Professeur Jammes (31200) d’une bien fâcheuse situation en inversant son sens de circulation.

Cette jolie petite ruelle typiquement toulousaine (extrêmement étroite avec de tout petits trottoirs) était seule à desservir directement l’avenue des Minimes sud et devait supporter une circulation inhumaine. Près de 300 voitures en une heure (d’après la mairie).

Sous la pression de ses habitants ou par simple calcul, la mairie a enfin inversé son sens de circulation en juin 2018. Un pas décisif vers l’avenir que nous devons construire pour nos enfants.

Toutes nos rues dans cette zone ont enfin retrouvé un seuil de sécurité, un taux de carbone et de nuisance conforme à un quartier résidentiel d’une grande ville française d’aujourd’hui.

En 2018 le quartier Minimes sud venait enfin d’entrer dans le 21ème siècle.

Mais tout cela à un prix.

Car tout cela a imposé, pour certains habitants des rues voisines, un rallongement du temps de trajet en voiture. Une contribution que tout bon citoyen devrait être en mesure d’apporter sachant qu’ainsi le passage automobile est dix fois moindre.

Mais y a-t-il une règle d’or en politique qui veut qu’un pas en avant soit automatiquement suivi par deux pas en arrière ?

En effet de fort habile façon, La mairie soumet aujourd’hui toute la zone « est » des Minimes sud (plus de 6000 riverains) à « consultation » sur leurs différents scenarii alternatifs.

1 : Maintien de la situation actuelle (calme et propre).

2 : retour à la situation initiale.

Retour de l’enfer absolu rue du professeur Jammes. Un flux incessant d’automobiles.

3 : Inversion du sens de circulation de la rue Condeau (parallèle, rectiligne et plus larges)

Qui va créer avec la rue Negreneys une véritable une véritable « rampe d’accès » pour des milliers de voitures au cœur de nos quartiers.

Option qui assure :

1 - l’enfer absolu à ses riverains.

2 - Et un déversoir à bagnoles dans tout le nord de Toulouse.

Nous sommes tristes de constater que pour offrir un gain de confort à ses électeurs, la mairie est prête à offrir "Les Minimes" à des milliers d'automobiles de toute la zone nord de Toulouse.

Toulouse n’a pas fini de « chauffer »

En cela nous, les habitants des quartiers « Minimes sud » nous élevons contre ce projet et contre les méthodes employées pour l’imposer.

Signer

Diffusez auprès de votre entourage